Add to favourites
News Local and Global in your language
19th of July 2018

High-Tech



Oussama Ammar, la face cachée d'un gourou de la tech

Le passé a rattrapé Oussama Ammar, associé de The Family. Il vient d'être condamné par la justice. Récit.

A 31 ans, Oussama Ammar est un maestro du "pitch", ces phrases habilement ciselées pour capter l'attention des auditeurs. "L'entrepreneuriat a un gros problème : c'est que tout ce qu'on lit dans la presse est faux, disait-il en 2014 sur un site de coaching. Et pour une raison toute bête : ce qu'on y lit, c'est le story-telling des entrepreneurs (...) Aucun entrepreneur ne parlera jamais de ses cadavres. Or tous les entrepreneurs ont des cadavres. Moi je ne parle jamais [des miens] en public".  

Des mots-boomerang... Poursuivi pour abus de confiance, faux et usage de faux, le trentenaire a été condamné le 14 juin à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine). Le même jour, le Franco-Libanais est convié au 30e anniversaire d'Image 7, la société de la papesse parisienne de la com' Anne Méaux. Car Monsieur Ammar bénéficie encore du lustre apporté par la visite d'Emmanuel Macron dans les locaux de la société The Family, dont il est l'un des associés, à l'aube de la campagne présidentielle. Devant un parterre d'invités triés sur le volet, Oussama doit faire un speech de 45 minutes sur le thème "Comment la liberté nous affranchit-elle des codes?". Un sujet sur-mesure pour un homme qui flirte depuis des années avec les limites.  

L'affaire pénale jugée ce jeudi a, en effet, ouvert tout grand le placard dans lequel Oussama remisait ses squelettes personnels, révélant indélicatesses, approximations et autres petits secrets qui entachent le CV du Franco-Libanais et brouillent l'image de ce gourou de la tech, fraîchement nommé au sein du Global Tech Panel, un cénacle huppé d'apôtres de l'ère digitale créé par l'Union européenne. 

Un gros caillou dans ses Converse dépareillées

Le gros caillou dans les Converse dépareillées d'Oussama (bleue à un pied, rouge à l'autre) s'appelle BeSport. Cette jeune pousse, qui rêve de devenir le Facebook du sport, l'a recruté comme directeur général en juin 2011. Mais après six mois dans la Silicon Valley, l'idylle tourne court et BeSport porte plainte contre son ex-dirigeant, soupçonné d'avoir confondu sa poche et celle de l'entreprise à hauteur de plus de 100 000 dollars, et de s'être livré à quelques acrobaties pour remettre la comptabilité d'équerre.  

Un mail, évoqué lors du procès, jette une lumière trouble sur les pratiques du chantre de la "disruption numérique" : "Bon sinon, là, je vais multiplier les intermédiations pour lever de l'argent et je vais en détourner un peu pour les 10 000 euros restant sur chaque coup (après tout, c'est ce que je sais le mieux faire)", écrit Oussama Ammar à son correspondant auquel il doit de l'argent. A contre coeur, l'intéressé a reconnu à la barre l'établissement d'une fausse facture pour un montant de 5000 euros. Tout en minimisant cette faute-là : "Tous les jours, on passe l'éponge sur ce genre de choses dans les start-up", assure-t-il à L'Express. 

Au fil de la procédure pénale BeSport, une vieille histoire refait surface : celle d'Hypios, une plateforme destinée à mettre en contact des entreprises aux prises avec des problèmes complexes et des chercheurs susceptibles de les aider à les résoudre. Hypios, c'est le bébé d'Oussama, qui a convaincu quelques pointures de l'industrie et de la finance de lui apporter leur soutien financier. Là aussi, l'aventure a tourné au vinaigre. Dans son rapport sur les comptes 2010 de la société, le commissaire aux comptes sonne l'alarme : "J'ai constaté des faits qui pourraient être constitutifs d'une infraction, écrit-il en juillet 2011. De nombreuses dépenses à caractère personnel ont été effectuées par le président fondateur Oussama Ammar au cours de l'exercice, ainsi que de nombreuses opérations visant à favoriser une société dans laquelle celui-ci avait un intérêt. Les sommes en question pourraient atteindre 200 000 euros." 

Un ancien actionnaire d'Hypios, qui a gardé amitié et estime pour Oussama, reconnaît que ce dernier "n'est pas le meilleur gestionnaire du monde" et évoque des "désaccords stratégiques" entre actionnaires et la "zone grise, classique dans les start-up, entre dépenses professionnelles et dépenses personnelles". Bref, pas de quoi fouetter un jeune entrepreneur. Un protocole d'accord transactionnel est signé sous le sceau du secret en septembre 2011. Le patron déchu cède ses actions à la société qui, elle, passe l'éponge. Avec BeSport, l'histoire bégaie étrangement. La veille du procès, les deux parties se mettent d'accord pour enterrer la hache de guerre. Sans mettre pour autant un terme aux poursuites pénales.  

Agents du FBI

Mais la boîte de Pandore est ouverte, et la réputation d'Oussama Ammar, écornée. "Il me fait penser aux décors d'Hollywood, confie William Le Ferrand, son ancien associé au sein de BeSport. Devant, c'est beau, ça brille, c'est clinquant. Derrière, ça tient avec du scotch et de savants effets de lumière." En 2013, le jeune Polytechnicien installé en Californie a reçu un curieux appel : deux agents du FBI, un homme et une femme, lui donnent rendez-vous dans un café où ils l'interrogent sur Oussama, son frère aîné Hussein et leurs liens avec l'Iran. Ils repartent avec une clé USB contenant tous les mails de l'ex-directeur général de la start-up retrouvés dans son ordinateur professionnel. 

Sa famille, Oussama Ammar n'en parle jamais, ou si peu. Dans la légende qu'il s'est construite, seule existe sa mère, avec laquelle, petit garçon, il a fui le Liban et la guerre pour se réfugier à Tours, après quelques années à Kinshasa, en République démocratique du Congo. C'est là que son demi-frère Hussein Ali Jaber s'est lancé avec succès dans la production de chaussures. Mais sur cet aîné adoré, comme sur douze autres demi-frères et soeurs, pas un mot. 

Les enquêteurs du FBI, eux, s'intéressent beaucoup à Hussein et à ses liens supposés avec la République des Mollahs. En 2011, l'homme d'affaires installé au Brésil s'est attelé à la création d'une entreprise d'exploitation de minerai, Brimco, avec la société iranienne Fakoor Sanat Tehran Co. Il a entraîné son petit frère Oussama dans l'aventure, comme en témoignent les nombreux mails échangés par les deux hommes à la fin d'août 2011. "De notre côté, quelle société mettons-nous comme actionnaire ?", interroge le cadet. Avec son frère, ils s'accordent sur le montage suivant : Alethéis, la holding personnelle d'Oussama Ammar, détiendra 22,5% du groupe NTBH, lequel détiendra 30% du capital de Brimco (Brazil Iran Mining Company), au côté des Iraniens. "Monsieur Ammar n'a jamais signé de documents concrétisant cette prise de participation", assure aujourd'hui son avocat Victor Zagury. 

Des demi-frères encombrants

Le FBI n'est pas le seul service à tourner autour d'Hussein Ali Jaber. En décembre 2014, l'opération "Beyrouth" s'abat sur Mohamed et Jamal, deux autres de ses frères: ils sont interpellés par la police fédérale brésilienne. Que s'est-il passé? Selon nos informations et la presse brésilienne de l'époque, qui a relaté les faits, la Drug Enforcement Administration (DEA), l'agence anti-drogue américaine, les soupçonnerait d'être mêlés à de grosses affaires de narcotrafic. Leurs noms apparaissent d'ailleurs dans des documents judiciaires brésiliens que L'Express a consultés. Plusieurs sociétés d'Hussein y sont évoquées, dont FNET Comunicaçoes, à laquelle Oussama donne parfois un petit coup de pouce financier, et Brimco. "Seul Hussein a échappé au coup de filet en s'enfuyant la veille vers le Maroc", précise Vinicius Gorczeski, ancien journaliste de l'hebdomadaire brésilien Epoca, qui a révélé l'affaire en 2015. Pendant ce temps-là, Hussein, réfugié depuis au Liban, se présente sur sa page LinkedIn comme le patron du bureau brésilien d'Alethéis depuis 2009. Le procès des trois frères, dont Hussein qui sera jugé en son absence, doit se tenir à la fin de l'année.  

Devant L'Express, avec qui il a échangé à plusieurs reprises dans le cadre de cet article, Oussama, au bord des larmes, assure tomber de sa chaise à l'évocation de ces faits. Non, il n'était pas au courant des démêlés de ses trois demi-frères avec la justice. D'ailleurs, il n'a plus de contact avec eux, sauf avec Hussein, qui ne lui aurait rien dit. C'est en toute bonne foi qu'il a présenté Mohamed comme "mort dans un accident de voiture", "malade" ou "dans le coma" aux amis dont il a sollicités la générosité pour subvenir aux besoins de son neveu Ali, qu'il a pris sous son aile. 

"Fais semblant jusqu'à ce que ça marche"

Oussama ne ment pas. Il s'arrange éventuellement avec la vérité. C'est ce qu'il appelle le "storytelling". Sa vérité à lui. "Je vis dans un monde où on vend la plus belle version de son histoire et de la réalité, théorise-t-il. Alors, oui, il m'arrive de mentir sur scène, car je n'ai pas d'obligation de transparence absolue. Oui, j'ai gravi les échelons en me disant plus grand que je ne l'étais". A-t-il créé sa première entreprise à 10 ans, comme le vante sa bio? A-t-il financé autant de jeunes pousses qu'il le revendique ? A-t-il vraiment été consulté par l'ex-président brésilien Lula ? Storytelling, confesse-t-il. Son credo : "Fake it until you make it" . Quelque chose comme "Fais semblant jusqu'à ce que ça marche". Quel mal à cela puisque les investisseurs de The Family l'ont passé à la moulinette de leurs audits et autres enquêtes sans jamais broncher ? 

Contre vent et marées, le trentenaire po-si-ti-ve. Si certains tentent aujourd'hui de le décrédibiliser, c'est parce qu'il est "charismatique", qu'il fait "des millions de vues sur YouTube", que The Family, devenu "l'incubateur de la macronie", énerve beaucoup de monde. "La rançon du succès", se rassure-t-il. Et "la jalousie de vieux cons qui n'arrivent pas à admettre que j'ai eu raison contre eux". Quel que soit son sort judiciaire, il fera son miel de ses dernières mésaventures. Elles nourriront ses vidéos et ses conférences. Mais il a compris une chose : il est arrivé au bout de son storytelling personnel. Dans le franglais qu'il affectionne, cela donne ceci : "Maintenant, ou je délivre (sic) avec The Family, ou c'est fini". 

Read More




Leave A Comment

More News

High-tech - Sciences et

LEXPRESS.fr - Rss High-Tech

Le Matin High-Tech

Le Parisien - High-Tech

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.