Add to favourites
News Local and Global in your language
15th of October 2018

High-Tech



Une petite puce informatique aurait permis à la Chine d'espionner Apple et Amazon

De grandes entreprises américaines mais aussi des agences gouvernementales sont concernées, avance l'hebdomadaire Bloomberg.

De minuscules puces informatiques espionnes, insérées dans du matériel électronique américain fabriqué en Chine. Elles ont été utilisées par Pékin dans une vaste entreprise de vol de secrets technologiques américains. C'est ce qu'affirme Bloomberg Businessweek dans une longue enquête parue jeudi sur son site. 

Ces puces, pas plus grandes qu'un petit grain de riz, ont été utilisées sur des équipements fabriqués pour le compte d'Amazon, qui a été la première entreprise alertée par les autorités américaines. Apple ainsi que d'autres sociétés et des agences gouvernementales pourraient être également concernées par cet espionnage industriel, selon l'hebdomadaire. 

L'armée chinoise impliquée

Une enquête est menée discrètement depuis trois ans par les autorités américaines, selon l'article. Les malfaiteurs seraient parvenus à créer "une porte furtive" dans des ordinateurs, une entrée plus efficace et plus difficile à détecter qu'un procédé habituel de piratage informatique. 

Citant des responsables américains sous couvert d'anonymat, Bloomberg Businessweek indique qu'une unité de l'Armée populaire de libération est impliquée dans cette opération. Les ordinateurs infectés sont fabriqués par la start-up américaine Super Micro Computer, qui a une usine de fabrication en Chine. 

Cette start-up produit des équipements informatiques pour Amazon ainsi que pour le compte des centres de données du ministère américain de la Défense, des opérations de drones de la CIA et des réseaux embarqués de navires de guerre de la Marine. Des clients hautement sensibles. 

Démentis formels

Dans un communiqué publié in extenso sur le site de Bloomberg Businessweek, Apple assure toutefois n'avoir "jamais trouvé de puces malveillantes, de manipulations informatiques ou de vulnérabilités créées intentionnellement dans un quelconque serveur". La marque à la pomme sous-entend même que les sources des journalistes ont pu "se tromper ou être mal informées". 

Amazon assure de son côté ne pas avoir connaissance d'un tel espionnage, et ne pas avoir travaillé avec le FBI sur une quelconque enquête. L'hebdomadaire affirme pourtant qu'Amazon a découvert le problème lors de l'acquisition de la société de logiciels Elemental et avoir examiné les serveurs utilisés, fabriqués par Super Micro, ce qu'Amazon dément. 

Les entreprises asiatiques dévissent

Le géant chinois des PC Lenovo a plongé en Bourse à la suite des révélations de l'hebdomadaire, entraînant dans son sillage les autres entreprises asiatiques du secteur. Vendredi matin, Lenovo perdait plus de 17% à la Bourse de Hong Kong, tandis que l'équipementier telecom chinois ZTE plongeait de 11,4% et qu'AAC Technologies reculait de presque 2%. A Taipei (Taïwan), HTC décrochait de 3,6%, Realtek de presque 7%, et Delta Electronics de 4,5%. 

"Les produits électroniques produits en Chine peuvent être vus comme non sécurisés suite à cette information, et l'ensemble des actions du secteur a plongé à cause de cela", indique Ray K W Kwok, analyste chez CGS-CIMB Securities Hong Kong.  

Read More




Leave A Comment

More News

High-tech - Sciences et

LEXPRESS.fr - Rss High-Tech

Le Matin High-Tech

Le Parisien - High-Tech

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.