Add to favourites
News Local and Global in your language
17th of November 2018

Politique



Hommage au maréchal Pétain annulé : chronologie d’un cafouillage mémoriel

Le parcours mémoriel sur les 100 ans de l’Armistice devait être réglé comme du papier à musique… Et puis, en quelques mots, mercredi, le président Macron a déclenché une polémique autour de la mémoire du maréchal Pétain.

Jugeant « légitime » la tenue d’un hommage militaire aux Invalides incluant Pétain, Emmanuel Macron a allumé lui-même un incendie qu’il a ensuite peiné à clore ce jeudi. Retour sur les étapes de ce drôle de cafouillage.

18 septembre

Un dossier de presse annonce un hommage militaire incluant Pétain. L’origine du qui pro quo remonte au mois de septembre, avec la divulgation du programme commémoratif organisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale pour célébrer les cent ans de l’Armistice. Dans un dossier de presse officiel, diffusé le 18 septembre, les organisateurs annoncent un hommage militaire le 11 novembre aux Invalides « aux huit maréchaux de la Grande Guerre », « en présence du président de la République ». Le document, publié sur Internet, a depuis été retiré.

-Le programme dévoilé le 18 septembre par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale/Capture Mediapart 16 octobre

La presse rapporte le malaise des participants. Rendre un hommage officiel à Philippe Pétain, dirigeant du régime collaborationniste de Vichy, heurte plusieurs historiens, comme le rapporte le journaliste Jean-Dominique Merchet dès le 16 octobre sur son blog. « L’Elysée semble partager ce malaise », écrit-il. Et de citer une source élyséenne : « Si l’on honore Pétain, on aura des polémiques avec la France Insoumise ou la communauté juive ».

Le lendemain, Mediapart revient sur cette programmation polémique. Là encore, l’Élysée dit ne pas comprendre comment une telle cérémonie « s’est retrouvée là ». « Selon l’Élysée, la cérémonie s’est donc glissée dans le programme officiel des célébrations sans avoir été validée au préalable par Emmanuel Macron et son cabinet », écrit le site d’investigation.

La présidence semble alors prendre clairement ses distances avec une initiative venant du monde militaire, qui vise à honorer les grandes figures du passé.

7 novembre

Le président qualifie l’hommage à Pétain de « légitime ». Alors que l’Elysée semblait avoir réglé le sort de cet hommage polémique, le président en personne prononce une phrase qui sème la tempête. « Il est légitime que nous rendions hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire, comme chaque année », dit-il lors d’un bain de foules. Avant d’ajouter que le maréchal Pétain « a été pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat, c’est une réalité de notre pays ». Même s’il a ensuite conduit « des choix funestes » dans la Deuxième Guerre, plaide-t-il, en revendiquant de « regarder l’histoire en face ».

VIDÉO - "Le Maréchal Pétain a été, pendant la Première Guerre mondiale, aussi un grand soldat", insiste Emmanuel Macron. "Je ne fais aucun raccourci mais je n’occulte aucune page de l’Histoire, assure-t-il, même si elle est "parfois plus complexe que ce qu’on voudrait croire" pic.twitter.com/ruhvLmn3qV

— Arthur Berdah (@arthurberdah) 7 novembre 2018

Les propos du président provoquent une avalanche de réactions. Si le Rassemblement National donne raison à Macron sur « le rôle de Pétain dans la victoire de 14-18 », le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) se dit « choqué » par cette façon d’honorer la mémoire de celui qui a dirigé la France lors des rafles de juifs. « La seule chose que nous retiendrons de Pétain, c’est qu’il a été, au nom du Peuple français, frappé d’indignité nationale lors de son procès en juillet 1945 », déclare le président de l’organisation, Francis Kalifat.

Alors que les condamnations pleuvent, l’Elysée se montre sur la défensive. Son équipe de communication se fend d’un tweet au ton agressif. « STOP AUX RACCOURCIS : « On peut avoir été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale ET CONDUIRE À DES CHOIX FUNESTES PENDANT LA DEUXIÈME. » Le Président Emmanuel Macron regarde l’histoire en face. Écoutez sa déclaration sur le maréchal Pétain dans son intégralité ».

STOP AUX RACCOURCIS: « On peut avoir été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale ET CONDUIRE À DES CHOIX FUNESTES PENDANT LA DEUXIÈME." Le Président Emmanuel Macron regarde l’histoire en face. Écoutez sa déclaration sur le maréchal Pétain dans son intégralité: pic.twitter.com/qh0tZxS8ij

— Élysée Infos (@ElyseeInfos) 7 novembre 2018

La controverse continue de faire rage. A aucun moment il n’est mentionné que la figure de Pétain est écartée de l’hommage militaire prévu samedi aux Invalides. Ce sera chose faite quelques heures plus tard, peu avant 18 heures. « Comme indiqué à plusieurs reprises ces derniers jours, le samedi 10 novembre ne seront honorés que les maréchaux présents aux Invalides : Foch, Lyautey, Franchet d’Esperey, Maunoury et Fayolle », précisé le compte Elysée infos.

Comme indiqué à plusieurs reprises ces derniers jours, le samedi 10 novembre ne seront honorés que les maréchaux présents aux Invalides: Foch, Lyautey, Franchet d’Esperey, Maunoury et Fayolle.

— Élysée Infos (@ElyseeInfos) 7 novembre 2018

Dans la soirée, l’Etat-Major des Armées précise le programme officiel de la cérémonie du 10 décembre aux Invalides. Le nom de Pétain n’y figure pas.

Malgré ces correctifs, le mal est fait. Le président et son entourage sont empêtrés dans une polémique qui touche aux moments les plus sombres de l’histoire de France.

La soirée de mercredi s’achève avec une flèche décochée par François Hollande envers son successeur. « L’Histoire n’isole pas une étape, même glorieuse d’un parcours militaire. Elle juge l’immense et indigne responsabilité d’un maréchal qui a délibérément couvert de son nom et de son prestige, la trahison, la collaboration et la déportation de milliers de juifs de France », écrit l’ancien président sur Twitter.

8 novembre

Une « polémique inutile » déplore Macron. Alors que les membres du gouvernement tachent de couper court à cette séquence de communication brouillonne, Emmanuel Macron revient longuement sur le sujet jeudi. « Il n’a jamais été question d’avoir une célébration individuelle » pour l’ancien chef du régime collaborationniste de Vichy, martèle-t-il. « Il y a un maréchal Pétain qui a été un des acteurs et des grands soldats de 14-18, et ça vous ne pouvez pas l’effacer, et donc j’ai simplement dit : on n’efface pas l’histoire, on n’est pas les procureurs de l’histoire ». L’affaire, juge-t-il, appartient au domaine de la « boîte à folie » et des « polémiques inutiles ». Une polémique dont la parole présidentielle est la source principale.

Read More




Leave A Comment

More News

Politique : Toute

Le Parisien - Politique

LE FIGARO - Le Figaro -

Le Point - Politique

Politique | Le Dauphiné

Liberation - Politiques

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.