Add to favourites
News Local and Global in your language
17th of November 2018

Politique



Ultradroite : «Dans ces milieux, la dimension apocalyptique est très présente»

Six individus liés à l’ultradroite ont été interpellés mardi dans l’Isère, l’Ille-et-Vilaine et la Moselle. Ils sont suspectés d’avoir planifié une attaque contre le président de la République. Le politologue Jean-Yves Camus analyse l’idéologie de cette mouvance radicale.

« Ce terme d’ultradroite, utilisé par les services de sécurité, l’est peu par la littérature scientifique -qui lui préfère ceux d’extrême droite ou de droite radicale- parce qu’il est extrêmement vague. En France, il désigne un ensemble de groupuscules qui récusent l’utilisation du système démocratique et préconisent l’action directe, avec possible recours à la violence. Le coup de filet contre l’Action des forces opérationnelles (AFO) en juin a montré qu’il ne s’agissait pas de fascistes se référant à une idéologie construite, mais de personnes qui considèrent que l’État est défaillant face à une situation perçue comme d’invasion par l’immigration et de quasi guerre civile.

Dans ces milieux, la dimension apocalyptique est très présente : ces activistes ont l’impression que la France est au bord du gouffre, que la structure de sa population change et que l’État, censé protéger le citoyen, est celui qui impulse cette politique de subversion migratoire. Dans leur logique, comme le mal est extrême, le remède doit l’être aussi : attaquer la tête de l’État (si le plan déjoué mardi est avéré) ; créer une armée de réserve de citoyens pour jouer le rôle de la police ou de l’armée, ou pour attaquer l’Islam en empoisonnant la nourriture halal des supermarchés, comme le projetait AFO.

LIRE AUSSI >Actions violentes de l’ultradroite : de l’OAS aux «loups solitaires»

Les récentes interpellations montrent une mouvance éclatée géographiquement, avec de petits groupes qui utilisent Internet mais peuvent se rencontrer physiquement. Ce ne sont pas de jeunes activistes, comme l’auteur de l’attentat contre Jacques Chirac en 2002, mais souvent des gens nés dans les années 1955-1960, installés dans la vie -ce qui est étonnant car ils ont tout à perdre ! Un effet générationnel avec une empreinte de la guerre d’Algérie était visible sur le site de l’AFO. Quant au lien avec d’autres mouvements, Front national ou groupuscules d’extrême droite, certains ont pu y transiter mais leur trajectoire potentiellement terroriste s’est forgée en rupture totale avec eux : ils en sont déçus. »

Read More




Leave A Comment

More News

Politique : Toute

Le Parisien - Politique

LE FIGARO - Le Figaro -

Le Point - Politique

Politique | Le Dauphiné

Liberation - Politiques

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.