Add to favourites
News Local and Global in your language
17th of November 2018

Sports



Pour que «Tout le monde s'en foot» moins

Au Oita Big Eye Stadium (Japon) en 2002, avant un match Suède-Sénégal. Au Oita Big Eye Stadium (Japon) en 2002, avant un match Suède-Sénégal. Photo Pedro Ugarte. AFP Semi-pros ou amateurs, un nombre conséquent de sites de qualité spécialisés dans le sport essaiment sur Internet. «Libé» arpente ce microcosme et raconte chaque semaine l'un de ses membres. Aujourd'hui, un site qui traite du ballon rond dont on ne parle pas assez.

Dix-huitième épisode de Fanzines Zone, qui arpente le microcosme des médias de qualité, semi-pros ou amateurs, spécialisés dans le sport, qui essaiment sur Internet.

Dans les aventures collectives se pose toujours la question de l’équilibre entre l’émulation des forces intellectuelles qui s’associent, et d’autre part la conservation des idées et qualités de chaque individu, sans que l’effet de groupe ne les altère. Les médias sportifs spécialisés sont la plupart du temps bénévoles ou, à tout le moins, ne peuvent en vivre et ont un boulot à côté ou des études à finir. La passion est le carburant qui fait fonctionner ces machines, un carburant très efficace au regard de la qualité des productions mais qui, comme un jour pour le pétrole un jour, s’épuise souvent – la vie de chacun n’est pas linéaire et ce qui est possible en termes de temps un jour ne l’est plus forcément à un autre moment.

A lire aussi Les précédents épisodes de Fanzines Zone

Ces derniers jours, un miracle s’est produit dans le champ du foot exotique. Le territoire britannique de Gibraltar, reconnu comme une équipe à part entière par l’UEFA depuis 2013, a remporté le premier match en compétition de son histoire en Arménie (1-0) et a récidivé contre le Liechtenstein quelques jours après (2-1), se plaçant en deuxième position de son groupe dans l’obscure Ligue des nations. Un tour sur le site Tout le monde s’en foot (TLMSF) permet de lire pas moins de 40 articles consacrés à cette seule équipe. Ils ont été écrits par Frédéric Peter entre mars 2015 et octobre 2017. «L’avantage de Gibraltar, c’est que les joueurs sont hyper accessibles. Mais le rédacteur n’a plus forcément le temps d’écrire dessus désormais…» explique Bastien Michel, cofondateur de Tout le monde s’en foot. Frédéric Peter vit désormais du journalisme, la source du carburant s’est tarie.

Player celebrations at the final whistle as Gibraltar record their first ever competitive win pic.twitter.com/JiimKToBbd

— Dito Chichinadze (@Ditvi_Na) 13 octobre 2018

Lorsqu’on arrive sur le site de TLMSF, on est pris de vertige – un vertige agréable. On jette un œil à l’arborescence du site : championnat français ? Seuls les divisions National 1, 2 et 3 ont un onglet ; championnats étrangers ? Pas d’Italie ou d’Angleterre, mais Gibraltar, donc, et Luxembourg, oui. On part dans les podcasts ? C’est la saison 2 pour le «Lamatalk Ecosse» (l’animal est la mascotte du site), qui ne traite que de l’actu de ce championnat. «On a eu envie de parler de tout ce qui n’était pas couvert ailleurs, dans la presse traditionnelle surtout mais aussi, souvent, dans les sites spécialisés, raconte Bastien Michel. Au début, on a pu parler de certains pays comme l’Angleterre ou l’Espagne mais d’autres sites sont arrivés et font ça très bien. Du coup, on n’a décidé de ne plus faire les grands championnats et de se recentrer sur ceux dont on ne parle toujours pas.»

A lire aussi «Ultimo Diez», visions du jeu

Les emplois du temps de la cinquantaine de rédacteurs passés par le site – une trentaine encore aujourd’hui dont une dizaine de réguliers – ont façonné en partie les différents cycles de TLSMF. Point de départ, un blog sur l’OM que Bastien Michel avait ouvert sur le site de France Football. Le goût de l’écriture pour celui qui est depuis devenu ingénieur dans l’industrie est né là. A l’été 2011, il part en Norvège et passe les portes du stade de Sogndal pour un match contre le Rosenborg Trondheim. Dans le bateau du retour des Fjords, avec son ami Fred, surgit alors l’envie d’ouvrir un site. Bastien Michel est en prépa, Fred est en IUT. «Je voulais qu’on réponde aux questions que je me posais et dont je ne trouvais pas la réponse, comme la signification des étoiles sur les maillots de foot», dit Bastien Michel.

A lire aussi «Nordisk», du Nord en barres

Au début, le site tournait à un article par jour minimum. «On a vite été dépassés par le rythme», concède Bastien Michel. Un appel à candidature a fait venir quatre personnes, puis d’autres et Tout le monde s’en foot publia jusqu’à quatre articles chaque jour. «Ça a duré un ou deux ans, raconte-t-il. Il y avait pas mal de vues mais ce n’était pas assez qualitatif. J’ai donc diminué drastiquement mes relances aux rédacteurs et seuls les plus motivés sont restés.»

«Accessibilité de la culture foot et défense du supporteurisme»

Le nombre des publications ces dernières années s’est certes réduit mais les chemins se multiplient. Des voies collectives d’abord, comme Alterfoot, créé en 2014 mais un peu en déshérence, ou Football United, fondé cette année et qui reste pour l’instant un embryon, qui réunissent certains des meilleurs sites spécialisés français. D’autres sont de leur seul fait, comme Livres de foot, sorti de terre cet été. «Nos principaux chevaux de bataille sont l’accessibilité à la culture foot et la défense du supporteurisme, souligne Bastien Michel. Sur les livres portant sur le foot, par exemple, c’est compliqué de s’y retrouver. Les classements sur les grandes plateformes de distribution sont abominables. On a décidé de créer ce site, et d’y écrire des critiques.» Quelque 3 000 bouquins, magazines, revues y sont recensés.

à lire aussi «Les Cahiers du foot», passage en revue d’un pionnier

Le deuxième axe est historique, avec deux catégories : le groundhopping, qui est, pour le dire vite, le fait d’allier voyages et visites de stades ; et la culture ultra, portée notamment par Marwen Belkaid, qui écrit, avec brio, autant sur le foot que sur la politique. Un site dédié doit lui aussi être créé d’ici la fin de l’année, qui réunira toutes ces réflexions et les récits. Libération a pu surfer dessus et ça nous a donné l’envie de prendre la bagnole, le train ou l’avion, de partir au hasard et de franchir les portes du premier stade croisé. Comme un nouveau vertige en quelque sorte. Le vertige de celui qui veut vivre par le foot, pour le foot. Et qui trouve dans la normalité du ballon rond sa plus grande beauté.

Revue de Web

• Déjà connu pour ses podcasts sur le basket universitaire américain et sur la NBA, Posterdunk inaugure cette saison une autre mouture, sur le basket français, Ficelle.

• Créé cet été, le site Serie Bellisima s’attache à couvrir le deuxième échelon du foot italien. Cette semaine, Marco Pietraroia a portraitisé le joueur de Foggia (dans le nord des Pouilles), Cristian Galano.

• Stanislas Skrobala nous emmène pour PK foot à la Coupe du monde de teqball, mélange de tennis ballon et de ping-pong.

• Matthias raconte l’importance du nouveau maître à jouer du Chelsea de Sarri, Jorginho, dans God Save the Foot.

• Dans Lucarne opposée, Pierre-Marie Gosselin nous raconte son voyage footballistique (mais pas que) à Dar es Salaam, en Tanzanie.

Damien Dole Read More




Leave A Comment

More News

Le Parisien - Sports

Liberation - Sports

Sport : Toute

Sports – France 24 -

L'essentiel du sport en

L’actualité sportive

L'Equipe.fr Actu de tous les

LEXPRESS.fr - Sport

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.