Add to favourites
News Local and Global in your language
15th of October 2018

Sports



Equipe de France : revoilà Sakho

Le défenseur de l'équipe de France Mamadou Sakho (d) lors du match amical face à la Russie au Stade de France, le 29 mars 2016  Le défenseur de l'équipe de France Mamadou Sakho (d) lors du match amical face à la Russie au Stade de France, le 29 mars 2016 Photo MARTIN BUREAU. AFP Le retour du défenseur central constitue la principale surprise de la liste annoncée par Didier Deschamps en vue des matchs contre l'Islande et l'Allemagne de la Ligue des Nations.

Retour à l’étiage ordinaire pour les conférences de presse du sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, annonçant ses listes de joueurs appelés à disputer les matchs internationaux : un temps alléchée par le titre mondial décrochée en juillet en Russie, la presse étrangère a déserté. Et retour cosmique dans le groupe appelé à disputer les deux rencontres amicales (ou presque) face aux Islandais le jeudi 11 à Guingamp et contre la sélection allemande le mardi 16 à Saint-Denis : revoilà Mamadou Sakho (28 ans), désormais défenseur du club anglais de Crystal Palace (pas terrible) et dont la dernière visite à Clairefontaine remontait à mars 2016.

Sakho, qui profite de la blessure du mondialiste Samuel Umtiti pour reprendre pied dans le groupe, avait été écarté en amont de l’Euro 2016 par la faute d’un contrôle antidopage positif, pour lequel il fut ensuite blanchi. Mais hors-délais pour un Deschamps qui avait déjà officialisé sa liste des joueurs retenus pour le championnat d’Europe organisé dans l’Hexagone, ce qui laisse depuis planer un sentiment d’injustice sur la trajectoire (brisée) du joueur. D’autant que sa carrière avait tourné vinaigre, entre blacklistage express par le coach de Liverpool Jürgen Klopp et blessures l’empêchant de jouer en continu à Crystal Palace.

Une main tendue

D’ici à ce que Deschamps ait voulu tendre la main à un joueur historiquement crucial dans l’histoire récente des Bleus – puisque Sakho fut en novembre 2013 le double buteur du barrage retour face à l’Ukraine (3-0, 0-2 à l’aller) qui conditionna tout le reste, du maintien de Deschamps à son poste (un Zinédine Zidane libre comme l’air était alors disponible) au titre de 2018 –, il n’y a qu’un pas, que le sélectionneur a refusé de franchir. «Il a eu du mal à enchaîner [après sa vraie fausse éviction pour dopage, ndlr], il a un vécu international très important puisqu’il compte 28 sélections en équipe de France, il est très attaché aux Bleus… Après, ce n’est pas lui tendre la main ou le récompenser que de le prendre aujourd’hui. Je rappelle qu’il figurait sur la liste des suppléants appelés à nous rejoindre en cas de blessures de l’un des 23 partants pour la Russie.»

A lire aussi :Mais qu’est-ce que cette Ligue des nations que vont disputer les Bleus ?

Certes, mais le fait de coucher Sakho sur cette liste des suppléants ressemblait déjà à une main tendue. «J’ai aussi agi dans un souci d’équilibre de liste, a étayé Deschamps. J’avais deux jeunes en défense central [Presnel Kimpembe et Kurt Zouma, 23 ans chacun, ndlr] et il me semblait bien d’avoir un peu d’expérience internationale [en plus de celle de Raphaël Varane, le quatrième homme à ce poste dans la liste, ndlr]. J’aurai pu faire d’autres choix. Là, j’ai fait celui de l’expérience internationale. La jeunesse n’est pas un handicap, mais il faut aussi un équilibre.» Qui laisse dans l’antichambre la fine fleur de la jeunesse tricolore au poste : Abdou Diallo (22 ans), leader du championnat d’Allemagne avec le Borussia Dortmund, Dayotchanculle Upamecano (19 ans), décrit par tout le milieu comme un prodige, Aymeric Laporte (24 ans), qui évolue à Manchester City ou encore Clément Lenglet (23 ans), qui a signé au FC Barcelone cet été et y obtient du temps de jeu.

«Je sélectionne le joueur, pas le club où il joue»

«C’est le joueur que je sélectionne, a rappelé Deschamps. Pas le club où il joue. Il faut faire la part des choses.» Pour l’heure, elle laisse la part belle à la mémoire. En parlant de ça, revoilà le défenseur Lucas Digne, qui s’était étonné sur Twitter des imprécisions du sélectionneur quand celui-ci avait justifié son éviction du groupe des mondialistes par le poste qu’il occupait en club : «J’ai compris sa déception, a sobrement commenté Deschamps. Je n’ai pas encore discuté avec lui. Mais là, je vais en avoir l’occasion.»

Et Hugo Lloris, son capitaine, pris sous l’intense feu médiatique d’une conduite en état d’ivresse à Londres et qui revient chez les Bleus après cet épisode ? «On est en contact régulier, a expliqué le coach tricolore. Je ne vous cache pas qu’il a vécu des moments difficiles sur le plan personnel. Quand les joueurs sont devenus champions du monde, je leur ai dit à tous que leur vie allait changer : "Quand on dira du bien de vous, ce sera du très, très bien ; mais quand on dira du mal…" C’est exagéré dans les deux sens.» Là, Deschamps s’est laissé aller à ses propres souvenirs. Le thème du jour.

La liste des 23 bleus

Gardiens de but : Alphonse Areola (Paris-SG), Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Lucas Digne (Everton), Lucas Hernandez (Atlético Madrid), Presnel Kimpembe (Paris-SG), Benjamin Pavard (Stuttgart), Mamadou Sakho (Crystal Palace), Djibril Sidibé (Monaco), Raphaël Varane (Real Madrid), Kurt Zouma (Everton).

Milieux de terrain : N’Golo Kanté (Chelsea), Blaise Matuidi (Juventus), Tanguy Ndombélé (Lyon), Steven Nzonzi (AS Rome), Paul Pogba (Manchester United).

Attaquants : Ousmane Dembélé (FC Barcelone), Nabil Fekir (Lyon), Olivier Giroud (Chelsea), Antoine Griezmann (Atlético Madrid), Thomas Lemar (Atlético Madrid), Kylian Mbappé (Paris SG), Florian Thauvin (Marseille).

Grégory Schneider Read More




Leave A Comment

More News

Le Parisien - Sports

Liberation - Sports

Sport : Toute

Sports – France 24 -

L'essentiel du sport en

L’actualité sportive

L'Equipe.fr Actu de tous les

LEXPRESS.fr - Sport

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.