Add to favourites
News Local and Global in your language
19th of July 2018

Sports



Tour de France : les quartiers populaires, c'est comme le vélo

Peter Sagan a remporté la deuxième étape du Tour de France le dimanche 8 juillet 2018, qui s'est achevée dans des quartiers populaires de la Roche-sur-Yon, en Vendée. Peter Sagan a remporté la deuxième étape du Tour de France le dimanche 8 juillet 2018, qui s'est achevée dans des quartiers populaires de la Roche-sur-Yon, en Vendée. Photo Philippe Lopez / AFP Dimanche, la deuxième étape du Tour de France s’est terminée à la Roche-sur-Yon (une première historique) et plus exactement, dans ses quartiers populaires (c’est rarissime).

Un ouvrier, rouleur de «r» (la Méditerranée) et yeux clairs (sous sourcils épais), jure avoir vu un illustre cycliste dans le coin. Après réflexion enfumée (la cigarette) en face du hall, il se souvient que c’était Jan Ullrich, le coureur allemand à la réputation bousillée par une affaire de dopage (on touche du bois). Il y a quelques années, un grand bus se promenait avec sa trombine sur les côtés - ou quelque chose du genre, il ne sait plus trop. «Mais…le Tour, c’est autre chose». Le coin : des dizaines de barres d’immeubles horizontales et verticales, l’océan pas très loin et de l’emploi un peu plus qu’ailleurs - ce qui attire, dit-on, les précaires des contrées alentour de façon spectaculaire. Le rouleur de «r» bombe le torse : «En Vendée, on construit même des bateaux…il faut s’habituer, mais on est bien ici». Il l’assure avec les gestes : la banlieue parisienne (la plus fantasmée de France), où il a vécu, serait plus supportable avec la mer.

Dimanche, la deuxième étape du Tour de France s’est terminée à la Roche-sur-Yon (une première historique) et plus exactement, dans ses quartiers populaires (c’est rarissime). Des Néerlandais en sandales ont fumé près des tours et des Anglais bu à la terrasse d’un kebab. Des Allemands ont enquillé des mousses face à des toboggans et des Français étrangers à la ville pique-niqué au pied des immeubles. Alors, des locaux ont passé une tête par la fenêtre pour regarder de haut la crème du traité de Maastricht : on se serait cru dans un rapport ambitieux pour les quartiers, qui préconiserait, à la page 2, la création d’une banlieue européenne. 

Vélo et jeunesse des quartiers

Un ado, torse nu (l’été) et musclé (sauf au niveau du ventre) dit que globalement, le Tour l’emmerde. Il fait des selfies avec un mur en arrière-plan et un téléphone qui joue du Jul, le rappeur marseillais. Plus loin, il y a aussi du miel sucré pour les oreilles : les enceintes sur le tracé de la course crachent de tout, même un tube des Spice Girls.

Une question se pose depuis des lunes : pourquoi le vélo de compétition ne transcende pas plus que ça la jeunesse des quartiers populaires ? L’interrogation suscite une épidémie de gros yeux. Ce n’est le lieu, ni le moment. L’été est chaud, le béton pas climatisé, ce qui allonge le temps et raccourcit les réflexions. Quoique : on parle dans ce cas-ci de grands ensembles gris (qui répondent aux noms de Jean Yole, l’Enrilise et la Garenne), mais pas mal lotis comparés à d’autres. Il y a de la verdure, des commerces, une fontaine, un projet de rénovation et le centre-ville, pas loin. Et là, un hélico qui couvre le bruit des guêpes et des bourdons.

Une vieille dame avec un chien maudit sa matinée comme on le ferait en tombant d’un poney. Le quartier est barricadé ici et là. Petit labyrinthe. Elle voulait acheter du pain, mais un agent de sécurité lui a intimé l'ordre de changer d’itinéraire. Ou carrément de boulangerie. «Mais je voulais ce pain». Son fils a une trentaine d’années. Il est fâché aussi : c’est tout une affaire pour sortir sa voiture. Il boude. Et regardera l’agitation dans son propre quartier à la télévision. Dixit sa mère, qui a finalement eu sa baguette. «Mais le boulanger souffre à cause du dispositif. Il perd des clients». Puis : «Combien ça coûte un hélicoptère pour une après-midi ?». 

Devant un immeuble, un type en tongs s’est allongé gueule la première sur la pelouse - pourquoi directement y aller sur le ventre ? Il y eut quelques secondes d’inquiétude. Et puis, un petit bonhomme tatoué est allé prendre son pouls. «Ça va, ça va…». Il est vraisemblablement bourré. Des familles sont descendues des immeubles pour rallier la foule. Certains le soulignent  : le Tour de France est, en l’état, un prétexte pour croiser du monde, ni plus, ni moins. Parce qu’il paraît qu’habiter dans les quartiers populaires pourrait devenir, à cause des difficultés socio-économiques - les gens se cloîtrent chez eux à la longue- un sport individuel. Comme le vélo.

Ramsès Kefi envoyé spécial à la Roche-sur-Yon Read More




Leave A Comment

More News

Le Parisien - Sports

Liberation - Sports

Sport : Toute

Sports – France 24 -

L'essentiel du sport en

L’actualité sportive

L'Equipe.fr Actu de tous les

LEXPRESS.fr - Sport

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.