Add to favourites
News Local and Global in your language
17th of November 2018

Sports



Tuchel-Mbappé : jeux de rôles

L'entraîneur du Paris-SG Thomas Tuchel et Kylian Mbappé lors de la réception de Lyon le 7 octobre. L'entraîneur du Paris-SG Thomas Tuchel et Kylian Mbappé lors de la réception de Lyon le 7 octobre. Photo Franck Fife. AFP

Le football de haut niveau, c’est du théâtre : les codes, les nuances que l’on met dans l’interprétation, ce merveilleux regard empreint de déception (avec, nous semble-t-il, une pointe de résignation fatiguée) vers le bas à droite, droit sur le contreplaqué de la table servant aux conférences de presse du stade Vélodrome, lancé par l’entraîneur du Paris-SG Thomas Tuchel au moment de commenter la mise à l’écart de Kylian Mbappé au coup d’envoi du clásico de dimanche, finalement remporté (2-0) par les champions de France en titre. «On fait des plans pendant des jours et on doit les changer…» Pauvre homme. Mbappé était arrivé en retard (de trois à cinq minutes, selon l’Equipe) à la causerie précédant le match dans l’après-midi : Mbappé out. C’est le grand air de la restauration.

Le foot est un sport individuel

Celle de l’autorité managériale, de «l’institution PSG» (la presse unanime) sur la toute-puissance du joueur. Ne nous leurrons pas : voilà exactement ce que le grand public veut entendre. Il faut quand même lui en imposer, au joueur. Il est parfois bizarre, il gagne des fortunes, il ne manquerait plus qu’il n’en fasse qu’à sa tête. Mbappé – et Adrien Rabiot, sanctionné pareillement d’une absence dans le onze qui a commencé la rencontre – regardait la fin de la première mi-temps du Barcelone-Real Madrid de dimanche (5-1), il aime le foot y compris quand d’autres que lui sont sur un terrain, il était en retard pour cette raison mais bon, c’est vrai, ses coéquipiers aiment le foot aussi et eux étaient à l’heure. Ainsi, Tuchel n’a pas manqué l’occasion de frapper un grand coup. Si grand que ça ?

A lire aussi Kylian Mbappé: pour les Bleus, la corrosion du plus fort

Sans Mbappé, le Paris-SG a pataugé dans la vase dimanche. Et quand il est rentré à la 62e minute, le gamin (26 sélections chez les Bleus, 10 buts) a tué le match en trois minutes, tout seul ou presque. La restauration ? Où ça ? Une magnifique preuve par l’absurde : sans Mbappé, le Paris-SG n’aurait pas battu l’Olympique de Marseille, qui était dans le sens du match avant cette 62e minute. Avec lui, c’est réglé en cinq secondes. Le foot est un sport individuel : ça va mieux en le disant, surtout que les acteurs disent tous le contraire dès qu’on leur tend un micro. Tous ? Justement, Mbappé est l’un des rares à ne pas travestir sa pensée pour la galerie : «Une grande équipe se repose sur des leaders et il faut qu’ils fassent la différence à des moments clés, a-t-il lâché après la rencontre à Canal+, le staff parisien ayant préalablement dealé son silence sur le thème de sa mise à l’écart avec la chaîne cryptée. Je pense que je peux assumer ce rôle et je l’ai fait aujourd’hui. Il faut continuer et rester dans le droit chemin.» Tout en finesse : c’est une façon de dire que ce droit chemin, il ne l’a jamais quitté de son point de vue. Pas plus dans l’après-midi qu’à un autre moment.

Visage humain

Il faut d’urgence en terminer avec une illusion : au-delà d’un certain niveau, c’est-à-dire d’une capacité à influencer le résultat des matchs, un joueur fait ce qu’il veut. Sa légitimité, il la tire du terrain. Le reste n’a aucune importance et les entraîneurs le savent bien, Tuchel comme les autres. Mbappé n’est pas rentré dans le rang : il a le pouvoir de mettre le club de la capitale à genoux en amont du prochain marché des transferts estival puisqu’il va forcément être convoité par les plus grands clubs européens, tout l’argent du monde n’y fera rien (ce qu’un joueur pareil gagne quelque part, il peut aussi le gagner ailleurs) et le joueur le sait du haut de ses 19 ans. Le reste, c’est de la communication – du théâtre donc, celui d’une jeunesse que l’on aurait le pouvoir de contraindre.

Pour savoir si Tuchel a réussi son coup, il faudrait connaître la perception que les propriétaires qataris du club ont eue de l’épisode : c’est en vérité à eux que le coach allemand s’adresse quand il agit de la sorte, sur le mode «regardez, votre club est plus fort que ceux qui y passent». Pas impossible d’ailleurs que Mbappé lui-même en tire un certain profit en terme d’image : ce type de (pseudo) fragilité peut susciter l’indulgence, ou du moins redonner un visage humain à un joueur qui, par bien des côtés, domine tellement son sujet (le terrain et le reste) qu’il semble avoir 1 000 ans. Quelque chose nous dit pourtant que le bénéfice qu’il peut en tirer lui échappe quand même : la suite sera passionnante.

Grégory Schneider Read More




Leave A Comment

More News

Le Parisien - Sports

Liberation - Sports

Sport : Toute

Sports – France 24 -

L'essentiel du sport en

L’actualité sportive

L'Equipe.fr Actu de tous les

LEXPRESS.fr - Sport

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.