Add to favourites
News Local and Global in your language
18th of January 2018

Sports



Un grand pas pour l’immunité

France - Norvège

32-31

Pas question d’insulter l’avenir ni les sympathiques sélections d’Autriche et de Biélorussie, que les Bleus défieront d’ici mardi prochain lors du tour préliminaire. Mais à moins d’un inattendu tsunami, peu probable, l’équipe de France débutera bien les choses sérieuses, dans une semaine à Zagreb, avec quatre points en poche et une bonne dose de confiance en bandoulière. Ce vendredi soir, elle a en effet, une fois de plus, été pile à l’heure de son grand rendez-vous, de cette énième confrontation face à la Norvège remportée dans la tension folle d’une fin de match au couteau.

Le jeu du chat et de la souris entre ces deux candidats au titre tournait d’abord à l’avantage du félin français, qui s’amusait avec la défense adverse (5-2, 8e ). Mais seuls les plus optimistes imaginaient alors que ce choc annoncé allait se muer en une charmante promenade bucolique. Portés par l’entrée de Tonnesen, les Scandinaves recollaient aussi sec (8-8, 15e ), avant de dresser les barbelés devant les cages de Bergerud. Suffisamment pour que Karabatic et les siens, en manque cruel de solutions et d’imagination, traversent un désert offensif. Heureusement, une bonne entrée au pivot du novice, Nicolas Tournat, puis un jet de sept mètres au buzzer signé Kentin Mahé maintenaient le suspense à un niveau maximal (15-17).

Du suspense jusqu’à l’ultime seconde

Celui-ci n’allait plus jamais quitter la petite mais bouillonnante salle de Porec. Les Norvégiens, toujours aussi performants, ne parvenaient pas à faire la différence (21-23, 39e ), avant de voir les Experts revenir au score grâce à l’adresse d’Abalo, puis un contre assassin conclu par Porte (27-27, 52e ). Ne restait plus qu’à lancer la pièce en l’air, en priant pour qu’elle retombe du bon côté. Ceux qui n’ont vu que les images du sélectionneur tricolore, Didier Dinart, hurlant sa rugissante joie dans les bras de ses joueurs, auront aisément deviné l’issue : une fois de plus, un ultime clou planté par Guigou, puis une dernière défense acharnée offraient aux Bleus un court mais ô combien précieux succès. De quoi envisager la suite des événements avec sérénité, et confirmer cet adage que l’on espère éternel : le handball est un sport qui se dispute à sept contre sept, et à la fin… c’est la France qui gagne.

Read More




Leave A Comment

More News

Le Parisien - Sports

Liberation - Sports

Sport : Toute

L'essentiel du sport en

L’actualité sportive

L'Equipe.fr Actu de tous les

LEXPRESS.fr - Sport

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.