Add to favourites
News Local and Global in your language
17th of July 2018

High-Tech



La science vue d'Allemagne : comment rattraper le retard en IA ?

Comment l'Allemagne peut-elle rattraper son retard en matière d'intelligence artificielle (IA) ? Pour répondre, le quotidien économique Handelsblatt ouvre ses colonnes à Dietmar Harhoff et Stefan Heumann. Le premier est l'un des directeurs du l'Institut Max-Planck pour l'innovation et la concurrence. Le second est membre du conseil de la Fondation Neue Verantwortung [Nouvelle responsabilité], un think tank qui étudie la manière dont la politique allemande peut façonner le changement technologique dans la société et l'économie. Pour eux, l'intelligence artificielle est la technologie-clé de la transformation numérique. La Silicon Valley investit déjà des milliards dans son développement. D'autres pays, comme la France, se sont engagés dans des stratégies politiques pour participer à la course mondiale à l'IA. L'Allemagne est à la traîne. Le gouvernement doit présenter d'ici à la fin de l'année un plan directeur sur le sujet et ses points-clés dès juillet.

Le financement de la recherche est important, mais pas suffisant. L'Allemagne doit développer un écosystème d'IA performant. Il se caractérise par des réseaux étroits, des échanges et une coopération entre la science, les entreprises, les start-ups et les investisseurs. Il faut aussi adopter une approche politique agile, qui permette de réagir avec souplesse et rapidité à de nouvelles opportunités. Par ailleurs, l'enseignement des connaissances de base relatives à l'IA devrait être intégré dans davantage de formations. Il est aussi important de permettre à des start-ups particulièrement performantes d'accéder au marché boursier. Enfin, l'Allemagne ne pourra survivre dans la compétition mondiale de l'IA qu'en étroite coopération avec ses partenaires européens. Ce n'est qu'ensemble que ces États pourront rivaliser face à des géants comme la Chine et les États-Unis, expliquent les auteurs. La stratégie d'IA allemande devrait donc saisir l'offre de coopération française et s'inscrire dans une approche européenne.

Le plus grand dispositif de batteries d'Europe

Dans le nord de l'Allemagne, le plus grand système de stockage sur batterie d'Europe vient d'entrer en service après huit mois de construction, apprend-on sur Edison, une plate-forme du quotidien économique Handelsblatt dédiée à la e-mobilité, à la gestion durable et à la vie connectée. C'est à Jardelund, à la frontière avec le Danemark, que le néerlandais Eneco et le japonais Mitsubishi ont construit ce système de stockage, baptisé Enspire ME. Composé de quelque 10.000 batteries lithium-ion, il devrait permettre de stabiliser la fourniture d'électricité. Eneco et Mitsubishi étudient la possibilité de connecter leur batterie aux parcs éoliens de la région. Ainsi, si le vent souffle alors que le réseau électrique est déjà bien alimenté, le courant produit pourrait être stocké temporairement dans les batteries et ne serait pas perdu. Dans le monde, seul Tesla possède un plus gros système de stockage sur batterie, connecté à un parc éolien en Australie.

La problématique des déchets plastiques

La décision de la Chine de ne plus importer les déchets plastique d'autres pays a des conséquences pour l'Allemagne. En effet, jusqu'à présent, le pays écoulait en Chine plus de dix pour cent de ses déchets plastique. Mais cela peut aussi être l'occasion de repenser l'économie du recyclage en Allemagne, explique le Spiegel Online. Par exemple, si les usines de tri se sont améliorées ces dernières années, le problème des "intrus" dans les déchets plastiques n'est pas encore résolu. "On trouve de plus en plus d'ordures dans la poubelle jaune" explique le journal. Par ailleurs, les fabricants devraient utiliser plus de plastiques recyclés et s'engager davantage pour rendre leurs plastiques plus recyclables. La recyclabilité des produits devrait être soutenue financièrement : plus un produit est recyclable, moins le fabricant devrait payer de taxe pour les filières de recyclage. À compter du 1er janvier 2019, une nouvelle loi sur les emballages s'appliquera. L'industrie et le commerce seront tenus de respecter des objectifs de recyclage bien plus élevés. Par exemple, les plastiques devront être recyclés à 63 % d'ici 2022, contre 36 % jusqu'à maintenant. Enfin, il revient aux consommateurs de renoncer au plastique aussi souvent que possible.

Read More




Leave A Comment

More News

High-tech - Sciences et

LEXPRESS.fr - Rss High-Tech

Le Matin High-Tech

Le Parisien - High-Tech

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.